Nouvelle

Le CMDP du CHUS en faveur de l'usage de la marihuana à des fins médicales

2014-06-19

Suivant les recommandations d’un comité de travail qui a été formé à sa demande, cet hiver, le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) s’est positionné, à son assemblée générale annuelle du 16 juin dernier, en faveur de l’usage de la marihuana séchée à des fins médicales lors de circonstances exceptionnelles et à certaines conditions.

CMDP du CHUS

C'est un événement concret à être survenu au CHUS - Hôtel-Dieu en janvier 2014 qui a mené le CMDP à se doter de directives claires à ce sujet. Rappelons qu'un médecin avait alors autorisé un patient aux soins palliatifs à consommer du cannabis par vaporisateur dans sa chambre pour soulager ses souffrances. Sans position officielle, la direction du CHUS avait décidé d'accepter cette utilisation jusqu'à ce qu'il y ait une décision claire du CMDP.

Pour se pencher sur la question et établir, s'il y a lieu, des mécanismes d'utilisation sécuritaires, le CMDP a constitué un comité de travail multidisciplinaire composé d'une conseillère en éthique, d'un médecin aux soins palliatifs, d'un médecin en anesthésiologie et d'un pharmacien. Ce groupe de travail a élaboré un document faisant état des plus récentes données scientifiques, de l'encadrement juridique applicable et d'une réflexion éthique.

Il est recommandé, dans ce rapport, que l'usage du cannabis thérapeutique par inhalation soit permise avec prudence et à des conditions précises. Notamment que le patient occupe une chambre privée, qu'il possède une preuve d'autorisation du Gouvernement du Canada à consommer, qu'il détienne par lui-même le produit et l'appareil homologué pour l'inhaler sous forme vaporisée.

Pour le porte-parole du dossier, Dr Serge Lepage, président du CMDP et cardiologue au CHUS, cette prise de position répondra certainement à un besoin. Dans le passé, il est arrivé que quelques patients refusent toute autre alternative au cannabis pour soulager leur douleur, comme la prise de cannabinoïde en comprimé.

   

Aspect légal

Selon le Règlement sur la marihuana à des fins médicales du gouvernement canadien, un centre hospitalier qui permet à ses patients d'inhaler du cannabis (fumé ou vaporisé) à des fins médicales ne contrevient aucunement aux dispositions du droit criminel canadien. Santé Canada émet annuellement à des fins médicales quelque 2 800 licences à cet effet. Le choix de permettre ou non l'usage de la marihuana est donc laissé à la discrétion de chaque établissement, de même qu'au médecin traitant.

  

Efficacité

Les données scientifiques actuelles suggèrent que le cannabis sur ordonnance pourrait être utile pour soulager certains symptômes tels que la douleur, l'humeur dépressive, l'insomnie de même que la nausée et les vomissements résultants de la chimiothérapie ou de la radiothérapie.

Cette recommandation du CMDP a été présentée au conseil d'administration du CHUS le 12 juin dernier. Au cours des prochaines semaines, des discussions seront entamées avec la direction du CHUS afin de bien encadrer la pratique à l'intérieur de ses installations.

Le CMDP se donne le droit de réviser sa position à tout moment, sous réserve de toute nouvelle connaissance scientifique, juridique ou normative acquise.

 

Source : CMDP du CHUS

Partagez cet article

Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire

*





*
*